Actualités

Qui était Saint Antoine de Padoue ?

Invoqué lors de la perte d’un objet, Saint Antoine de Padoue, canonisé le 30 mai 1232 et docteur de l’Église depuis 1946, est fêté le 13 juin de chaque année. Coup de projecteur sur une figure incontournable du patrimoine spirituel de l’humanité…

Né à Lisbonne aux alentours de 1195, Fernando Martins de Bulhões est issu d’une noble famille de tradition militaire, descendant de Charlemagne et apparentée à celle de Godefroy de Bouillon. Décédé le 13 juin 1231 près de Padoue en Italie, il vécut seulement 36 années sur cette Terre mais sa renommée dépasse aujourd’hui les frontières. Rares, en effet, sont les églises dans le monde qui n’abritent pas une statue de Saint Antoine avec un ou plusieurs de ses attributs que sont la bure franciscaine, l’enfant Jésus, le livre, les poissons, le cœur enflammé ou le lys…

Un disciple de Saint François d’Assise

Très tôt attiré par la spiritualité, Fernando entreprend des études de théologie à Coïmbra, chez les Chanoines Réguliers de Saint Augustin, études pour lesquelles il se révèle très doué. Il y est ordonné prêtre. Il a seulement 25 ans lorsque les dépouilles des premiers martyrs franciscains sont ramenées au Portugal. Cet événement, et le témoignage de ces existences sacrifiées, le bouleversent, déclenchant chez lui un profond désir de devenir disciple de Saint François d’Assise. Il rejoint alors les Frères Mineurs et prend l’identité de Frère Antoine. S’identifiant à ses prédécesseurs, il demande à être envoyé, lui aussi, en mission au Maroc. Le destin en décide autrement, Antoine devant être rapatrié pour cause d’ennui de santé. En 1221, il se retrouve à Assise, au chapitre de l’Ordre. Ses frères décèlent alors en lui des talents exceptionnels en matière de théologie et de prédication.
Un prédicateur hors pair

Le dégageant des tâches ménagères de la communauté, Saint François lui-même l’autorise à enseigner et à prêcher à Bologne, Toulouse, Montpellier et Limoges. Il parcourt ainsi de nombreuses contrées, en moine errant, se retirant parfois dans des grottes pour prier. On raconte qu’à Brive-la-Gaillarde, il retrouve miraculeusement un commentaire des Psaumes qui lui avait été dérobé. Le voleur deviendra par la suite un pieux novice… C’est sans doute à partir de cette anecdote que Saint Antoine reste aujourd’hui le Saint Patron des objets perdus. À cette époque, dans le sud de la France, un mouvement spirituel est en train de menacer la théologie catholique : le catharisme. Il s’agit d’une conception dualiste de la Création qui remet en cause le pouvoir temporel de l’Église. Récupéré de part et d’autre par des enjeux plus politiques que théologiques, Frère Antoine, fidèle aux vœux de pauvreté de son Ordre, convaincra beaucoup de cathares par son exemple, conjugué à une connaissance approfondie des textes sacrés et un talent d’orateur hors pair. Le pape Grégoire IX voit en lui le Trésor vivant de la Bible. Les spiritualistes cathares se définissent en tant que Chrétiens mais rejettent le symbole de la Croix, le sacrement de l’Eucharistie et surtout l’intercession ecclésiale. Antoine met toutes ses forces dans cette prédication pacifique jusqu’à épuisement.
Surnaturel et paranormal
L’existence de Saint Antoine de Padoue est connue également pour avoir été l’objet de nombreuses manifestations surnaturelles. Ainsi, Jean Rigauld, auteur d’une biographie du Saint, rapporte un phénomène étonnant dit de bilocation : présence physique en deux endroits à la fois. En 1226, lors du Jeudi Saint, Saint Antoine célèbre la messe dans son monastère. Au même moment, des témoins certifient l’avoir vu en train de prêcher dans un autre lieu… On raconte également une étrange histoire alors qu’il se trouve dans le couvent qu’il venait de fonder à Brive. Il se rend compte que le cuisinier n’a rien à sa disposition pour nourrir les moines. Saint Antoine contacte une notable de la ville pour qu’elle fasse apporter par sa servante des légumes se trouvant dans un jardin. Dehors, un violent orage éclate. La servante s’acquitte de sa tâche sans avoir été mouillée par la pluie ! Beaucoup d’autres faits relevant du paranormal sont encore attribués à Saint Antoine de Padoue, telles la quarantaine de guérisons miraculeuses qui incitent le pape à le canoniser le 30 mai 1232. S’agit-il du domaine de la légende ou de la réalité historique ? Libre à chacun de s’en faire une idée. Quoi qu’il en soit, la renommée du Saint n’est certainement pas due au hasard et dépasse les clivages au point d’être reconnu au-delà des mers et des océans. Il reste même le Saint Patron des Amérindiens. Si sa courte vie terrestre se termine à Arcelle, près de Padoue, le rayonnement de son esprit vivifie encore et toujours des milliers de fidèles de par le monde…

Patrick Curtat
... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook

L’aura, c’est quoi ?.

Selon la tradition ésotérique, nous sommes tous des « Êtres de lumière ». Autrement dit, il émane de chaque entité vivante une manifestation de cet éclat lumineux, se déclinant selon une gamme de couleurs tout autour de l’enveloppe corporelle. La photographie Kirlian, mise au point il y a quelques décennies, semble objectiver aujourd’hui ce qui n’était autrefois visible que par les seuls initiés.

La Bible évoque un Christ transfiguré entouré d’un halo de lumière blanche. L’iconographie sacrée représente la Sainteté en ornant la tête du personnage d’une auréole. Quant à la tradition tibétaine, elle ne manque pas de témoigner de l’existence d’une énergie subtile dépassant les limites de l’organique. Témoin, un Thangka datant du XVIIIème siècle sur lequel l’aura est dessinée autour du corps d’une divinité. À partir de la fin du XIXème et du début du XXème siècle, le sujet intéresse de plus en plus les spécialistes.

Aura et modernité

En 1897, le théosophe et clairvoyant Charles Leadbeater est l’un des premiers à décrire l’aura telle une brume lumineuse colorée. Quant à l’anthroposophe Rudolf Steiner, il précise en 1904 que l’aura est composée de deux éléments : L’un reçoit de l’existence physique sa forme et sa coloration, l’autre les reçoit de l’existence spirituelle, écrit-il. Plus loin, il ajoute qu’au-delà de son aspect matériel et visible, l’homme complet est deux fois plus haut et quatre fois plus large que son corps physique… En 1939, Semyon Kirlian met au point un appareil photographique capable de rendre visible ce phénomène énergétique. Plus près de nous, Anne et Daniel Maurois consacrent à l’aura un ouvrage intitulé « Les robes de lumière ». Le Sage bulgare Omraam Mikhaël Aïvanov évoque le sujet dans une conférence publiée en 1960. Le terme même d’« aura » dépasse aujourd’hui largement son sens parapsychologique pour prendre un aspect métaphorique et désigner le rayonnement positif qu’exercent une personnalité, une œuvre.

Le miroir de l’âme

Marie-Claire Rossignol, dans son livre « Les couleurs, leur puissance et leur pouvoir », associe l’aura aux sept couleurs du prisme, correspondant aux sept chakras principaux de la tradition yoguique. Ces chakras sont des centres d’énergie dont le premier se situe à la base de la colonne vertébrale et le dernier au sommet du crâne. La chromo-thérapie a – entre autres – pour objectif de régénérer une aura perturbée en l’aidant à reconstituer la pureté de son rayonnement originel. Par ailleurs, les para psychologues s’accordent sur le fait que plus un individu évolue spirituellement, plus son aura est lumineuse. Véritable miroir de l’âme, l’aura révèle une foule d’informations accessibles à certains occultistes, voyants, médiums, guérisseurs ou yogis. Elle renseigne notamment sur l’état émotionnel du consultant et lui permet ainsi d’agir de manière préventive avant que les problèmes ne se manifestent dans la matière.
Les sept couleurs de l’aura
> Le rouge correspond à mullhadara, chakra racine situé entre le sexe et l’anus, dans la région du périnée. Il symbolise l’incarnation. Lorsque l’aura est dominée par un rouge clair, elle traduit une bonne combativité. Au contraire, lorsque la couleur est sombre, elle dénote des sentiments de colère qu’il va falloir dépasser.
> L’orangé correspond au chakra svadhistana, situé dans la région du coccyx. Lorsque la teinte est lumineuse et franche, elle symbolise l’équilibre. Lorsqu’elle est terne, elle signale une tendance à la déprime.
> Le jaune correspond à manipura, chakra situé dans la région du nombril et régissant le plexus solaire. Lorsque le ton de l’aura est d’un jaune limpide, il est le signe d’une personnalité communicative. À l’inverse, lorsque la couleur comporte des lignes dans les tons de rouille ou de rouge, elle manifeste une personnalité manquant d’assurance.
> Le vert correspond à anahat, chakra situé dans la région du cœur et régissant les poumons. Le vert symbolise le centre du spectre de couleurs, véritable pont entre les énergies matérielles et spirituelles. Lorsque le ton est beau et profond, il témoigne d’une grande capacité d’empathie. Lorsque la couleur est striée de tons sombres, le sujet doit veiller à prendre plus en compte son entourage.
> Le bleu correspond à la région du cou, où se trouve le chakra vishudi. Il est le centre de la parole vraie. Lorsque l’aura est d’un bleu azuré, elle signale un sujet d’une grande élévation morale. Lorsqu’à l’inverse, la teinte est parasitée, elle indique des velléités à se laisser gagner par le doute.
> L’indigo correspond au 6ème chakra, ajna, situé entre les deux sourcils, à l’endroit où l’ésotérisme situe le 3ème œil et donc la clairvoyance. Lorsque la couleur est pure, elle indique les capacités médiumniques d’un individu. Lorsque des taches grises apparaissent, il y a un risque d’une utilisation égoïste de pouvoirs qui peuvent se retourner négativement contre l’intéressé.
> Le violet correspond au dernier chakra, sahasraha. Il symbolise l’illumination spirituelle. On raconte que les grands yogis quittent leur corps par cette ouverture, correspondant à la région de la fontanelle. Lorsque la couleur est pure, elle est le signe d’une foi inébranlable. Lorsqu’elle est tachetée, elle signale encore quelques errances, ce qui est le lot de la plupart d’entre nous, et invite à la persévérance.

Lucien Legrand
... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook

et bien pour une 1ère j'ai un bug ... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook

coucou tout le monde, n'oubliez pas le live à 18h sur cette même page,
je procéderai au tirage au sort pour gagner 1h de voyance ou de guidance gratuite
... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook

bonjour à tous. Aujourd'hui à 18h tirage au sort en live
1 voyance ou guidance d'une heure à gagner.
Cathy
... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook

N'oubliez pas votre chèque de l'abondance aujourd'hui 3 juin 2019 entre 12h03 et le 04 juin 12h01 ... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook

tout est prêt.....#salonvoyancecasinohautevillelompnès ... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook

tout est prêt.... ... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook

Nous serons au salon de la voyance à Hauteville Lompnès samedi 1er juin et dimanche 2 juin. Nous vous proposons plusieurs services
- consultations, lectures d'âmes et canalisations (channelling) sur place (envoyer un pv,réserver vos rdv d'avance)
- Ventes de produits spirituels de notre boutique Majestic- Boutic
- coupon d' inscription au tirage au sort pour gagner une consultation, médiumnique ou canalisation d une heure. Le tirage aura lieu le 5 juin 2019 en live f.b vers 18h

Au plaisir de vous rencontrer.
... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook

je vous rappelle que ce week-end je serai présente au 5 ème salon de la voyance au Casino d'Hauteville Lompnès..... ... Plus de détailsmoins de détails

Voir sur Facebook
Fermer le menu
error: Content is protected !!


Fermer le panneau

Nous Contacter:

11 Place des Millières 01390 Saint André de Corcy

(01) 73 00 83 53

Besoin d'aide

Lun - Dim 24h/24 7j/7

Vous aimez Partager:

Newsletter :